Accessible soit à partir du parc du même nom situé à Beşiktaş ou par l’entrée supérieure, ce palais figure parmi les derniers érigés durant l’empire ottoman et comprenant une série de kiosques, d’un parc et de jardins.Dans le centre-ville de la capitale turque, tout près de l’ancien quartier d’Ulus, la célèbre prison Ulucanlar qui a reçu derrières ses murs de nombreuses personnalités est devenue un musée fort intéressant.

Après avoir découvert récemment le magnifique musée des Civilisations Anatoliennes d’Ankara, le second lieu de la capitale turque à visiter absolument est assurément le mausolée Atatürk situé sur le promontoire d’Anıteppe.

Pour tous ceux qui visitent Ankara, deux endroits sont à voir impérativement, le mausolée d’Atatürk, fondateur de la République de Turquie et l’extraordinaire Musée des Civilisations Anatoliennes, un must en la matière !

Si la plupart des touristes venant à Konya visitent uniquement le musée Mevlâna et la mosquée abritant le mausolée de Şems İ Tebrizi, il est dommage de ne pas découvrir à cette occasion quelques autres monuments de la ville, comme les musées présentées dans un précédent billet.

Plusieurs belles mosquées méritent également le détour dont notamment la mosquée Aziziye, édifiée la première fois en 1671-1676 sur demande du gendre du sultan Mehmet V et située en plein coeur du centre-ville.

La visite d’un tel lieu ne laisse pas indifférent et chaque coin recèle des souvenirs des personnes qui y ont passé du temps.

Les dortoirs n’ont pas bougé et devant chaque lit, des fiches explicatives évoquent les hôtes célèbres d’Ulucanlar.Dans les allées ou les cours, des photos des prisonniers, des dessins réalisés par certains vous interpellent.Sombre et froide, cet établissement pénitentiaire est devenu célèbre notamment en raison des différents détenus qui y ont séjourné et dont certains y ont été exécutés.Parmi les prisonniers, de nombreux journalistes et poètes ont marqué l’histoire d’Ulucanlar : Nazim Hikmet, Hasan Hüseyin Kormazgil, le cinéaste Yılmaz Güney qui a d’ailleurs écrit en prison plusieurs romans et obtenu en 1982 la Palme d’Or à Cannes pour son film “Yol, la permission”.Le 29 septembre 1999, la prison Ulucanlar est le théâtre d’une importante mutinerie durant laquelle 10 personnes vont perdre la vie et une centaine être blessées.Après ce dramatique fait divers, la prison va finalement fermer ses portes en 2006 et les réouvrir 4 ans plus tard mais en tant que musée.